FANDOM



Entrée de journal Modifier

Les mages excellant dans l'Art peuvent créer des portails entre les dimensions, selon les règles des quatre éléments, et enjoindre les créatures s'y trouvant à les servir. Herbert Stammelford, membre du premier Conclave, disposait d'un D'ao, un génie de la terre. Sur ordre du mage, celui-ci déplaça une montagne qui cachait la vue de sa fenêtre. Les mages contemporains n'ont beau être que de pâles imitations des anciens maîtres, ils sont encore très compétents. Le plus puissant de tous peut, par exemple, invoquer des élémentaires de feu pour le servir et le protéger.
L'élémentaire de feu, semblable aux créatures post-Conjonction, vient d'une autre réalité à laquelle notre monde est étranger. D'après les philosophes, les élémentaires de feu n'éprouvent aucune émotion et ne pensent même pas comme un troll ou une autre créature familière. Entièrement contrôlés par la magie, ils obéissent aveuglément aux ordres du mage. Si son maître fume par plaisir, l'élémentaire allumera sa pipe et, en cas de danger, il n'hésitera pas à incinérer ses ennemis.
Le feu n'est pas la seule arme de l'élémentaire. Si vous avez déjà été frappé par une torche incandescente, vous aurez une petite idée de ce que combattre ce monstre implique. Les sorceleurs s'y frottent rarement, mais ils savent que le signe d'Igni ne sert à rien, contrairement aux attaques puissantes. Les ripostes de l'élémentaire sont mortelles, si bien qu'il vaut mieux ne pas trop s'exposer. Il faut aussi garder à l'esprit les nombreuses surprises inhérentes aux flammes. En fait, mieux vaut demander gentiment au mage de rappeler son chien.
Mettre le feu à un élémentaire de feu n'est pas la meilleure idée qui soit. Oubliez donc le signe d'Igni contre lui. La créature résiste aussi au poison et au saignement, vu que son corps est fait de flammes. En fait, l'élémentaire n'a aucun point faible, mais la plupart des moyens à disposition du sorceleur ont une certaine efficacité.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .