FANDOM


En route vers le Visionnaire est une quête dans le Chapitre II de «The Witcher 2: Assassins of Kings » si Geralt s'allie avec Vernon Roche.

GuideModifier


Entrée de journal Modifier

En chemin vers la maison du Visionnaire, Geralt rencontra quelques soldats d'Henselt qui combattaient des putréfacteurs. Il s'agissait d'un de ces groupes de fortes têtes qui avaient quitté le camp sans permission. Comme on dit, les imbéciles courent là où les sorceleurs marchent. Mais Geralt n'avait peur de rien et il décida d'aider les soldats.
Si Geralt réussit à sauver tous les soldats attaqués par les putréfacteurs :
Une fois les putréfacteurs repoussés et les soldats sauvés d'une mort certaine, Geralt apprit que ces derniers se rendaient chez le Visionnaire avec de l'argent pour des bougies. Mais le combat les avait vidés de tout courage. L'un des soldats, tremblant de peur, tendit l'argent au sorceleur et lui demanda de l'apporter à leur place. N'ayant rien de mieux à faire, notre héros se remit en route.
Si Geralt réussit à sauver certains des soldats attaqués par les putréfacteurs :
Geralt décima les putréfacteurs mais il y eut des victimes parmi les soldats. Les survivants ne tenaient plus à continuer leur excursion et ils préférèrent rentrer au camp. Les fantassins d'Henselt devaient aller voir le Visionnaire pour le payer pour ses bougies. Comme Geralt s'y rendait, ils lui demandèrent de bien vouloir lui remettre l'argent à leur place. Avant d'avoir pu refuser, il se trouva planté là, une bourse pleine dans les mains, regardant la poussière s'élever derrière les soldats en fuite. Notre héros haussa les épaules et se remit en route.
Si Geralt ne sauve aucun des soldats attaqués par les putréfacteurs :
Geralt ne parvint à sauver aucun des soldats. Une fois débarrassé des putréfacteurs, il se demanda ce qu'un groupe de Kaedweniens pouvait faire au milieu de nulle part. Puis, comme à son habitude, il fouilla les corps.
Notre héros trouva une lettre indiquant que les soldats transportaient de l'argent destiné au Visionnaire, en paiement pour ses bougies. Et en effet, à côté du bout de papier, le sorceleur trouva une bourse, ma foi fort bien remplie. N'ayant plus grand-chose à faire dans les parages, Geralt reprit sa route vers la demeure de l'ermite.
Si Geralt décide de soudoyer le Visionnaire :
Les soldats n'avaient pas tout l'argent qu'attendait le Visionnaire pour ses bougies. Le sorceleur dut donc mettre de sa poche pour obtenir quelques informations concernant Sabrina Glevissig.
Si Geralt décide de devenir un acolyte du culte de Sabrina :
Geralt n'était pas disposé à payer le Visionnaire. Il décida donc de rejoindre le culte de Sabrina Glevissig, dans l'espoir que cela ne lui coûtât rien. Une erreur s'il en fit jamais ! Le rite d'initiation consistait à passer la nuit près d'un autel. Notre héros dut ensuite aller raconter au Visionnaire ce qu'il avait vu. Facile, hein ? Seulement, il y avait autre chose : il devait d'abord boire une infusion de plantes, une décoction préparée par le Visionnaire et censée provoquer des visions.
La vision que l'infusion du Visionnaire provoqua sur Geralt fut si fascinante que je vais prendre la peine de l'expliquer aux plus frustres des lecteurs. Comme vous le savez, l'enfance de Geralt n'eut rien d'un conte de fée. Il ne connut pas son père et sa mère l'abandonna. Il opta pour une vie pleine de risques, constamment placé entre la mort (il reste sorceleur, après tout) et la libido (j'entends par là ses fréquentes histoires volages). Dans son rêve, le manque d'étaillage paternel et sa préoccupation pour sa virilité étaient représentés par les champignons phalliques qui étaient autant d'entraves. La partie aquatique, quant à elle, faisait référence à sa mère : un sein omnipotent apportant vie et mort et que Geralt aimait et haïssait tout à la fois. Dans son rêve, comme dans sa vie, elle était inaccessible à notre héros. Sa libido demeurait insatisfaite et son désir de destruction grandissait. Dans son rêve, le dernier élément était représenté par une sorte de martellement continuel. Ainsi fut révélée la peur qu'éprouvait notre héros pour les femmes, en temps normal dissimulée derrière ses airs de dur à cuire. Évidemment, le sorceleur ne put interpréter ce qu'il avait vu, ou si cela fut le cas, il dut tomber dans un profond déni. Tel un simple d'esprit, il fit un compte-rendu naïf au Visionnaire.
À la surprise de Geralt, le Visionnaire se montra extrêmement satisfait de sa vision. Ses propres visions avaient en effet cessé récemment, remplacées par des phantasmes semblables à ceux de Geralt. La faute revenait donc à la potion. Une erreur s'était-elle glissée dans la formule ? L'ermite, qui craignait jusqu'alors pour sa santé mentale, lâcha un soupir de soulagement. Vu qu'il se trouvait désormais dans de bonnes dispositions, Geralt put l'interroger sur Sabrina Glevissig. Après tout, les connaissances du Visionnaire concernant la magicienne étaient primordiales pour lever la malédiction du sang mentionnée plus tôt.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .