FANDOM


A verifierFichier:Icon Battlefield.png

Les Guerres nordiques est le terme utilisé par l'empire de Nilfgaard pour ses conquêtes au Nord, pendant la période de 1239 à 1268. Ce terme n'est pas utilisé aux Royaumes du Nord, où elles sont nommées Guerres contre Nilfgaard.

Conquêtes de la région sud des Royaumes du Nord par Nilfgaard Modifier

Avant 1239, les armées de l' Empire de Nilfgaard commencèrent des incursions vers le nord continuant jusqu'en 1268, ils conquirent Ebbing, Maecht, Metinna et Nazair.

  • Conquête d'Ebbing (évènements précités)

Première guerre Nilfgaard-Nordiques Modifier

L'invasion de Cintra Modifier

Combats à Haut-Sodden Modifier

Attaque à Bas-Sodden Modifier

Deuxième guerre Nilfgaard-Nordiques Modifier

Combattants Modifier

Agresseurs

Nordiques


La question de Cintra Modifier

Avant la guerre Modifier


Début de la guerre Modifier


Phase I - Agression à Dol Angra Modifier


  • Invasion du sud de la Lyrie - guerre éclair.
  • Un cinquième des troupes de Lyrie sont cernées et confinées dans les bastions et les forts à l'intérieur d'Aedirn.
  • Poursuite de l'invasion de la Lyrie et prise des forteresses Scala et Spalla (4 Juillet).
  • Siège et prise de la ville de Riv.
  • L'armée de la reine Meve a du mal à repousser les ennemis dans le nord.
  • Bataille d'Aldersberg.
  • Siège et prise de Vengerberg.
  • Les troupes de l'armée de Nilfgaard déplacent Demavend, s'emparent de la vallée de Pontar jusqu'à Dol Blathanna.
  • La reine Meve rassemble une grande armée de survivants et rejoint le combat.
  • Agression de Kaedwen : le Gonfalon de Bronze, la cavalerie légère de Ban Gleán atteint la rivière Dyphne.
  • La division Nilfgaard-Kaedwen d'Aedirn : Henselt de Kaedwen prend la soi-disant Basse-Marchie (region d'Aedirn au nord de la rivière Dyphne).
  • Emhyr var Emreis crée Dol Blathanna (Vallée des Fleurs). Elle est située dans la partie Est d'Aedirn, un petit royaume pour les elfes dirigés par la magicienne Francesca Findabair aussi appelée Enid an Gleanna et Filavandrel aén Fidháil est nommé roi des elfes des Monts Bleus.
  • Ervyll de Verden paye un tribut à l'empereur de Nilfgaard. Emhyr var Emreis bloque l'embouchure de la rivière Iaruga empèchant Foltest de contre-attaquer.
  • Le roi Foltest parvient à conclure un traité de paix avec Emhyr var Emreis : les troupes Témérienne entrent et occupent l'ouest d' Aedirn : le fort de Hagge.
  • L'armée d'Aedirn marche sur Témérie par les montagnes de Mahakam, Demavend fuit de Rédanie.


Phase II - Invasion de Brugge et Sodden Modifier



Plan d'offensive de printemps Nilfgaardien Modifier

L'Empereur Emhyr var Emreis décida de l'arrêt de la campagne pour une année. Il en décida ainsi pour deux raisons : l'hiver qui arrivait avait été prédit particulièrement froid, ce qui compliquait fortement le ravitaillement de l'armée. Toute route empruntable était très importante. La seconde raison était que l'attaque contre la Témérie, dont résultait la victoire de Maribor, était trop rapide et trop simple. Le nombre de troupes était techniquement insuffisant pour emporter la bataille, suggérant par là que la forteresse à Mayen avait été laissé sans protection. Une grande offensive avait été prévue mais ne devait pas commencer avant le printemps prochain.

La cible principale de l'offensive était la Témérie. Le groupe armé « Centre » , sous le commandement du feld-maréchal Menno Coehoorn devait attaquer depuis Sodden. Il leur était ordonné d'envahir le royaume de Témérie et d'atteindre le fleuve Pontar, la principale route de commerce de l'axe Novigrad-Wyzima-Ellander.

Sur le front est, le groupe armé « Est », sous le commandement du Duc Ardal aep Dahy, devait attaquer la Vallée du Pontar et le royaume de Kaedwen, en partant d'Aedirn et protégeant ainsi le flanc de Menno Coehoorn. Le but des divisions de ce groupe d'armée étant d'empêcher le roi Henselt de Kaedwen de porter secours au roi Foltest de Témérie.

Le Groupe d'opérations « Verden », mené par le Duc Joachim de Wett, avait pour tâche de prendre Cidaris et de faire mouvement vers le nord pour couper les routes entre Novigrad, Gors Velen et Wyzima, l'Etat major ayant décidé qu'il était nécessaire de bloquer ces trois importantes villes.

300 000 soldats, comptant l'armée principale et les réserves, à la fois hommes et elfes, prirent part à cette offensive.

Phase III - L'offensive de Témérie Modifier


La Phase III, aussi connue comme la grande offensive sur le royaume de Témérie. Pendant cette phase, l'attaque Nilfgaardienne atteignit son apogée, à une échelle jamais vue. Néanmoins les Royaumes Nordiques, après de lourdes pertes dans les deux phases précédentes, faisaient front commun contre l'ennemi. Les armées alliées firent plusieurs offensives audacieuses, devenant ainsi de dignes adversaires pour des forces Nilfgaardiennes jusqu'ici invaincues.

Le front ouest Modifier

Sur le front Ouest, l'offensive sur la Témérie n'apporta pas les résultats escomptés, à cause de la stupide manière de commander de son commandant, le Duc Joachim de Wett. Les chroniqueurs en dirent d'ailleurs que : "Le Duc de Wett mena le groupe d'armée "Verden" d'une manière que le mot "lenteur" ne saurait pleinement qualifier".

Joachim de Wett était un conjuré actif dans la conspiration des nobles. Les autres étant les Ducs Ardal aep Dahy, Leuvaarden, le comte Broinne et le coroner de l'empereur Stefan Skellen, Skellen avait également l'aide du magicien Vilgefortz. Le but de cette conspiration était de détrôner et tuer l'empereur de Nilfgaard, Emhyr var Emreis. Les grands ducs de Nilfgaard se sentaient humiliés, déçus et trahis par Emhyr quand il refusa leurs propositions de se marier avec l'une de leurs filles pour épouser Cirilla de Cintra à la place. Néanmoins, Emhyr var Emreis possédait beaucoup de soutiens, les troupes internes et sa garde fanatique nommée "Impera", raison pour laquelle une guerre civile était inenvisageable. Les conjurés avaient prévu d'assassiner Emhyr en utilisant un tueur hypnotisé, la magicienne Yennefer, emprisonnée par Vilgefortz. Ils supposaient qu'ils seraient capables de se rallier l'armée, notamment les officiers, grâce à leur colère pour la purge ordonnée par Emhyr après la défaite de Sodden et le peuple, fatigués de la guerre. Après l'assassinat, les conjurés avaient prévu d'installer le Duc Voorhis sur le trône. Ainsi, le conseil de régence, les grands Ducs et les hauts nobles dirigeraient en son nom. Emhyr var Emreis, prévoyant le complot, envoya Ardal aep Dahy et Joachim de Wett commander les armées de Nilfgaard contre la Témérie. Ainsi, il les envoyait eux et leurs troupes loin du trône. Mais en agissant ainsi, Emhyr "signa son arrêt de mort" parce que les Ducs ne voulaient pas emporter cette guerre pour lui.

Joachim de Wett allait lentement dans son offensive vers le nord, le seul royaume sur son chemin était Cidaris et l'armée Nilfgaardienne les submergeait, avec un rapport de deux pour un. Il concentra son armée pour combattre Verden. Il voulait sécuriser ses arrières en écrasant les rebelles et les brigands d'abord. Sur son ordre, le groupe d'opération "Verden" commit des cruautés, non seulement contre les combattants mais aussi contre les civils innocents. Le résultat était facile à prévoir. Les combattants de Verden comptaient environ 500 hommes en hiver, mais au printemps, le pays tout entier se souleva contre l'envahisseur. Le roi Ervyll de Verden, qui était loyal envers Nilfgaard, fut assassiné et son fils, le prince Kistrin, fut placé à la tête du soulèvement.

Le Groupe d'opérations n'eut plus à seulement affronter les troupes de la guerilla de Verden mais aussi l'armée du Roi Ehain de Cidaris, qui profita de la situation et attaqua avec l'aide de Crach en Craite des Iles Skellige. Crach entrepris plusieurs attaques audacieuses sur la côte ouest de Verden. Joachim de Wett fut forcé de se battre sur tous les fronts et perdit bataille après bataille. Au lieu de paralyser le flanc ouest des Nordiques, il bloqua de cette manière le groupe d'armée "Centre" du feld-maréchal Menno Coehoorn.

Le front est Modifier

La situation resta inchangée, Ardal aep Dahy, commandant le groupe armé «Est », occupait la Lyrie, la Rivie et Aedirn. Il n'attaqua pas non plus Kaedwen, qui avait pris la province nord d'Aedirn. A cause de cela, Ardal aep Dahy n'était pas en mesure d'attaquer la Témérie par le flanc.

Le centre du front Modifier

Les actions du Duc de Wett eurent un puissant effet psychologique. Le mythe de l'invincibilité des armées de Nilfgaard avait fondu comme neige au soleil, des centaines de volontaires commencèrent à rejoindre l'armée. En particulier dans l'armée Témérienne menacée (les fameuses troupe de Wyzima de la Pauvre Putain d'Infanterie). La reine Hedwig de Rédanie envoya ses troupes à Foltest pour l'aider, ainsi que son royaume. D'abord séparés au début de la guerre, maintenant les Royaumes du Nord se battaient conjointement contre le même ennemi. Les Nordiques étaient également aidés par la Compagnie Libre, des nains de Mahakam envoyés par Brouver Hoog de Mahakam.

Rapidement, les Nordiques tirèrent profit des échecs Nilfgaardiens et menèrent une contre attaque. Ils repoussèrent les troupes ennemies de Maribor, les empêchantde conquérir la forteresse et avancèrent au nord de Sodden. Ils repoussaient progressivement l'armée Nilfgaardienne vers le sud lorsque se déroula la bataille de Mayen. Les Nordiques l'emportèrent et levèrent le blocus de la forteresse. Quelques troupes, à cause de leurs pertes, rentrèrent à Wyzima pour se regrouper. Le soulèvement à Verden bloqua le feld-maréchal Menno Coehoorn pour quelques temps. De ce fait, Coehoorn décida d'avancer et d'attaquer, il partit de la rivière Ina avec son armée, comptant plus d'une centaine de millier de troupes. Alors les forces Nilgaardiennes vaincues devant Mayen, assiégèrent la forteresse à nouveau.

Il était clair que les forces Témériennes et Rédaniennes, même coalisées, ne pouvaient vaincre Menno Coehoorn et son armée toute entière. Le groupe d'armée "Ouest" devait attaquer la Témérie sur son flanc Est à travers la vallée du Pontar. Cette vallée, allant jusqu'à l'ouest de la Témérie et de la Rédanie, était une route directe et ouverte.

Les Nordiques, conscients de la chose, changèrent rapidement leur stratégie. Ils décidèrent de ne pas cesser les offensives, surtout quand ils avaient les forces et les moyens de les poursuivre, ils ne permirent pas à Nilfgaard de réagir à ces vaillantes attaques. L'armée alliée au complet, comptant l'armée régulière et les réserves Témériennes et les troupes Rédaniennes et les divisions alliées, marchèrent vers le sud pour porter secours à la forteresse de Mayen. Ils espéraient y parvenir avant l'arrivée des troupes de Menno Coehoorn. Le Feld-maréchal Coehoorn marcha immédiatement vers l'Ouest afin d'empêcher l'armée alliée de rejoindre Mayen. Il divisa donc ses forces : il envoya l'infanterie à Mayen afin d'aider au siège, il prit avec lui la IVe armée montée et la cavalerie complète de la IIIe armée. La cavalerie ainsi assemblée comptait dans les 46,000 hommes. De ce fait, Coehoorn était capable d'avancer rapidement et alla à la rencontre des armées du Nord. Le commandant en chef de l'armée alliée, le Roi Foltest de Témérie, confronté à l'arrivée des forces de Nilfgaard, placa son armée entre la rivière Chochla et le village de Brenna (qui était rasé jusqu'aux fondations à cet instant). Tout indiquait qu'une grande bataille allait avoir lieu entre Nilfgaard et le Nord, et ce fut le cas.

Bataille de Brenna - Renversement Modifier

Cette bataille est le point culminant des actions des armées Téméro-Rédaniennes, dirigées par le roi Foltest et du groupe armé « Centre », menée par le feld-maréchal Menno Coehoorn. Le destin du monde changea pendant cette bataille, ainsi que l'issue de la seconde guerre entre Nilfgaard et le Nord. Grâce à cette victoire, le Nord fut capable de mener une vaste contre-offensive sur les trois fronts, commençant la phase IV, la dernière de la guerre.

Phase IV - La contre-offensive de la coalition des Nordiques Modifier


La quatrième phase, aussi connue comme la contre-attaque des Nordiques. Après cette importante victoire de l'armée alliée sur la plus puissante force de Nilfgaard, le groupe armé «Centre», l'offensive ennemie était brisée. Les meilleures unités de l'empereur Emhyr var Emreis étaient anéanties et le monde l'apprit rapidement. La bravoure et la confiance gagnèrent le coeur des Nordiques, comme un lever de soleil après d'épaisses ténèbres, et les armées alliées avancèrent vers le sud.

Le centre du front Modifier

La défaite du groupe d'armée « Centre » à la Bataille de Brenna, eut des effets à long terme. L'initiative des opérations étant du côté des royaumes Nordiques, ils décidèrent de ne pas s'arrêter pour se reposer et fêter la victoire mais de pousser leur avantage en tirant parti de cette victoire rapidement. Le commandant le plus actif sur le front était Jan Natalis, le prévot du roi Foltest, commandant avec lui les forces alliées à Brenna. Natalis prit rapidement, suivant l'exemple de Menno Coehoorn, les unités de cavalerie et marcha du champ de bataille de Brenna jusqu'à la forteresse de Mayen. Pendant ce temps, le reste du groupe d'armée « Centre », après avoir appris qu'une immense armée de Nordiques attendait l'armée Nilfgaardienne, décida de faire mouvement vers le nord pour aider Coehorn. En revanche, ils ignoraient que la bataille était passée et perdue, ce qui donnait à Jan Natalis un gros avantage. Avec son unité de cavalerie, dont le corps principal était la Compagnie Libre de Kovir, il attaqua la colonne d'infanterie du groupe d'armée « Centre », l'attaque fut si soudaine que les forces Nilfgaardiennes prirent la fuite, complétant la défaite de l'armée de Coehoorn sur le front central. Cette bataille sans nom eut lieu sur la route entre Mayen et Maribor. A Sodden, le commandant Nilfgaardien, apprenant l'issue de la bataille de Brenna et la victoire de Natalis sur l'armée venant en aide à Coehoorn, décida de se retirer à Autre Rive et Angren, afin de séparer son armée de celle des Nordiques par la rivière Ina. Pendant ce temps, Jan Natalis surprit tout le monde car au lieu d'avancer sur Mayen et d'en chasser l'armée Nilfgaardienne, il fit mouvement vers l'ouest, vers la rivière Chochla. Le but de cette diversion était de libérer Brugge de l'occupation Nilfgaardienne et d'attaquer les forces du Duc Joachim de Wett pour mettre fin à la guerre sur le front ouest.

Le front ouest Modifier

La catastrophe menaçait Joachim de Wett. La seule direction depuis laquelle il n'était pas attaqué était l'est de Brugge. Jan Natalis marchait depuis Sodden, menant les armées alliées et cherchant à attaquer de Wett par l'est. Natalis avançait à marche forcée mais il fut obligé de ralentir à mi-chemin, obligé d'assiéger les villes de Brugge et Dilligen. Cela donna suffisamment de temps à de Wett pour se préparer. Le Groupe d'opérations « Verden » ne pouvait pas emporter la guerre sur le front ouest. Il ne pouvait pas vaincre la guérilla de Verden avec Kistrin à leur tête, il ne pouvait pas arrêter les guerriers des Iles Skelliges et était incapable de répondre aux attaques Cidariennes, avec le roi Ethain à leur tête. Il était évident pour lui que combattre Jan Natalis ne pourrait qu'empirer sa situation déja catastrophique à Verden. De Wett décida donc de se retirer derrière la Iaruga, à Cintra. Il assura ses arrière en laissant de forts contingents dans les forteresses de Verden : Nastrog, Rozrog et Bodrog. Après s'être retiré à Cintra, il était en mesure de se défendre efficacement tandis que les contingents laissés furent capables de se battre jusqu'à la fin de la guerre. Après la paix de Cintra, ils quittèrent Verden.

Le front est Modifier

Le front est était le seul dans lequel Emhyr var Emreis avait l'avantage sur les Nordiques. Mais tout changea après la bataille de Brenna. Primo : après la victoire Téméro-Rédanienne sur Menno Coehoorn, il était temps pour l'armée Kaedwenienne et les restes de l'armée Aedirnienne de montrer ce qu'ils savaient faire en temps de guerre. La victoire de Brenna leur donna confiance et bravoure et amena les rois Demawend et Henselt, jusqu'alors en querelle, à se serrer la main, en un symbole de coopération. Secundo : Le groupe d'armée « Est », sous le commandement d'Ardal aep Dahy, avait pour tâche de soutenir l'offensive de Coehoorn sur la Témérie après avoir obtenu une possible aide de Kaedwen. Entre temps le groupe d'armée « Centre » fut complètement anéanti donc le but de l'armée Nilfgaardienne en Aedirn était inconnu. Ce temps d'hésitation fut imméditemment mis à profit par les Nordiques. Demeurant peu nombreuse, l'armée recréée de Demawend quitta le fort de Hagge avec l'armée Témérienne et marcha au sud-est, pendant que l'armée d'Henselt traversa la ligne d'armistice de la rivière Dyphne et commença l'offensive contre l'armée d'Ardal aep Dahy. Le commandant Nilfgaardien, ignorant quoi faire, commença sa retraite vers le sud, ce qui fut sa plus grande erreur car il aurait pu se défendre facilement des Nordiques à la frontière Kaedwenienne. Il étendit le front parce que Demawend arrivait de l'ouest, avait à se préparer d'une attaque du nord et devait défendre Dol Blathanna parce que Francesca Findabair et Filavandrel n'avaient pas assez d'elfes pour former une armée digne de ce nom. Ainsi la Vallée des fleurs fut rayée de la carte après la revanche des Nordiques et fut appelée plus tard "La vallée des cendres". Le Duc Ardal aep Duhy arrêta sa retraite et décida de se positionner en Aedirn du sud pour s'y défendre. Sa ligne de défense était stabilisée par la ville d'Aldersberg. Les forces étant équilibrées, Henselt et Demawend n'éaient pas pressés d'engager le combat. Tout changea quand le commandant en chef de l'armée "Est", Ardal aep Dahy mourut. Quand les Nordiques l'apprirent, ils attaquèrent et la bataille fut connue sous le nom de "deuxième bataille d'Aldersberg". Les forces conjuguées d'Aedirn et de Kaedwen défirent l'armée Nilfgaardienne et termina la guerre sur le front est. La libération du royaume d'Aedirn débuta, à commencer par la capitale Vengerberg. Le retrait chaotique des troupes impériales à travers la Lyrie rencontra les troupes de guerilla de la reine Meve et les troupes Kaedweniennes qui avancaient à marche forcée versla Iaruga.

La fin de la guerre Modifier

Sur le front ouest, Verden fut libérée. Néanmoins trois forteresses demeuraient aux mains de Nilfgaard et continuaient à résister. Le roi Foltest et son armée libéra le bas-Sodden de l'occupation Nilfgaardienne. Les troupes impériales, largement inférieures en nombre, firent retraite derrière la Iaruga pour y renforcer la défense.

Sur le front est, les forces de Nilfgaard se retiraient en terre d'empire et les armées de Kaedwen atteignirent Dol Angra, là où la guerre avait débuté. Nilfgaard perdait sur tous les fronts. Les rois du nord abandonnèrent l'idée de libérer Cintra, ils contrôlaient déjà la rive droite de la Iaruga et toutes les forces dispersées de Nilfgaard s'y étaient regroupées, formant une grande puissance militaire. Nord et Sud en avaient assez de cette guerre déstructrice. Les négociations commencèrent et une trève fut proposée, les actions militaires étaient stoppées et les frontières respectées. Il fut convenu le 2 avril, que tous les dirigeants des pays impliqués dans cette guerre devaient se rencontrer à Cintra pour négocier la paix et apporter un nouvel ordre au monde.

La Paix de Cintra Modifier

La Paix de Cintra, le 2 Avril dans l'année 1268, entre les Royaumes du Nord et Nilfgaard mis fin à la deuxième guerre contre Nilfgaard et un nouvel ordre mondial commença.

Troisième guerre Nilfgaard-Nordiques Modifier

En 1273 (la date donnée dans le jeu est incorrectement 1271) les rois du Nord, sorciers, sorcières et l'ambassadeur Nilfgaardien, Shilard Fitz-Oesterlen, se rassemble à Loc Muinne. L'assemblée devait décidé des futures frontières et pouvoirs dans les Royaumes du Nord, ainsi que la restauration du Conseil et de la Loge des Sorciers. Néanmoins l'empereur Emhyr var Emreis avait planifié d'assassiner plusieurs des rois nordiques et de faire porter la responsabilité à la Loge par l'intermédiaire de Letho.

Peu de temps après le conclave de Loc Muinne, alors que les royaumes nordiques sont déstabilisés par les morts des rois Demavend de Aedirn et Foltest de Témérie et que la guerre fait rage dans la vallée du Pontar entre les résistants d'Aedirn et le Kaedwen, les Nilfgaardiens franchissent une nouvelle fois la Iaruga et font rapidement tombé les royaumes déstabilisés de Aedirn, Témérie et tous les états au sud du Pontar.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .