FANDOM


La malédiction du sang est une quête dans le Chapitre II de « The Witcher 2: Assassins of Kings ».


GuideModifier

Pour lever la malédiction, Geralt doit trouver le fer de lance qui a achevé Sabrina Glevissig.

Visite du site Modifier

Il commence par examiner le site de son exécution.

Rencontre avec le VisionaireModifier

En suivant la clôture, à l'est du camp kaedwenien vers le nord, Geralt rencontre quelques putréfacteurs et trois cadavres qui font partie de la quête « Le contrat sur les putréfacteurs ». Après les avoir tué et incinéré les cadavres, il continue vers la gauche où il trouve un sentier qui mène à une chaumière. La chaumière est entrourée de harpies, alors le sorceleur se dépêche a rentrer dans la chaumière afin de les éviter. Là, il rencontre le Visionnaire.

À ce point, Geralt peut le soudoyer, ou se joindre à son culte. S'il choisit la deuxième option, il doit trouver les « Prunelles de Sabrina » oû il fait face à un arachas et quelques endriagues. Ensuite, il doit accomplir un rituel et boire une potion qui lui donne des visions.

Après avoir fait tout ce que le Visionnaire lui demande, ce dernier révèle que le fer de lance est à Vergen.

Geralt doit encore une fois traverser le brouillard pour ce rendre à Vergen.

Obtenir le fer de lance Modifier

Une fois en ville, Saskia avise Geralt que c'est Skalen Burdon qui a le fer de lance. Pour l'obtenir, Geralt doit le battre aux dés. Le sorceleur peut également jouer deux autres parties afin de gagner d'autres objets de valeur.

Après VergenModifier

la roue du diablemiche de pain pétrifiéecierges noirscrâne de chèvrearbre calcinécarcasse du corbeaubol de lait cailléTw2 questitem goatdiagram

Dessin du grimoire de Detmold

Tw2 screenshot bloodcurse

Geralt dirigeant le roi

Tw2 screenshot bloodcurse2

Le roi, à l'intérieur du cercle

Pour lever la malédiction, le sorceleur doit parler avec Henselt et ensuite l'emmener au site d'exécution de Sabrina Glevissig. Une fois là, Henselt indique l'endroit d'où il avait surveiller l'exécution. Cet endroit donne une excellente vue du site et de là, Geralt peut guider le roi a tracer la route indiquée dans le dessin dans le grimoire de Detmold. Ceci déssinera une énorme rune parterre.

Ordre du rituel :

  1. miche de pain pétrifiée
  2. cierges noirs
  3. crâne de chèvre
  4. arbre calciné
  5. carcasse du corbeau
  6. bol de lait caillé
  7. roue du diable (champignons)

Ordre alternative :

  1. bol de lait caillé
  2. carcasse du corbeau
  3. arbre calciné
  4. crâne de chèvre
  5. cierges noirs
  6. miche de pain pétrifiée
  7. roue du diable

La rune dessinée, Geralt doit demander au roi de tracer un cercle autour et de se placer à l'intérieur du cercle et d'y rester. Ensuite, le sorceleur se sert du signe d'Igni pour allumer le bûcher.

Ensuite, plusieurs spectres apparaîssent (environ 9) et Geralt doit les achever et après, le roi doit poignarder le spectre de Sabrina avec la lance.

Les détails terminent ici.

Entrée de journal Modifier

À ce moment-là, Henselt souffrait d'un mal rare. Il avait été maudit par Sabrina Glevissig, une magicienne qu'il avait fait exécuter pour usage inapproprié de la magie. Les sorceleurs s'y connaissent en malédictions et ils savent, en général, comment les lever. Mais il arrive qu'ils aient besoin d'aide. Geralt se rendit donc sur le lieu où Sabrina avait été brûlée vive. Pour lever la malédiction, il lui fallait connaître le déroulement exact de l'exécution. Ainsi, il pourrait la reconstituer à l'aide d'un objet directement impliqué dans l'événement.
L'examen des traces près du lieu d'exécution de Sabrina suscita au sorceleur de nombreuses interrogations et ne lui donna que quelques rares réponses précieuses. Geralt se dit que les soldats qui menaient la garde autour cercle seraient les mieux placés pour répondre à ses questions.
Geralt suivit la piste, tel un limier royal, s'approchant du fin mot de l'histoire. Lorsqu'il découvrit que le Visionnaire, un homme fasciné par la magicienne et son funeste destin, vivait dans les collines à l'est du camp, le sorceleur sentit qu'il allait en apprendre beaucoup plus qu'auprès du roi.
Devant le bûcher de Sabrina, Geralt finit par retrouver les deux soldats dont avait parlé Zyvik. Terrifiés, mais en un seul morceau. Plus important, après quelques recherches, il découvrit que les restes de la sorcière étaient particulièrement prisés. Selon les soldats, un marchand de reliques, établi près de la cantine du camp, récupérait divers objets près du bûcher. Vous avez compris : la magicienne défunte faisait déjà l'objet d'un culte.
Ayant appris l'existence du Visionnaire et du vendeur de reliques, Geralt dut décider lequel il irait voir en priorité.
Interrogé sur Sainte Sabrina, le vendeur de reliques marmonna quelque chose concernant l'obsession du Visionnaire. Qu'il le voulût ou non, Geralt devait se rendre chez l'ermite.
Le sorceleur parvint enfin à satisfaire aux exigences du Visionnaire. L'ermite accepta de parler de Sabrina Glevissig, de son martyr et des événements consécutifs à son exécution.
Il s'avéra qu'un soldat miséricordieux était présent pendant l'exécution de la magicienne et qu'il mit fin à ses souffrances. Cet événement le transforma à jamais.
D'après le Visionnaire, le marchand de reliques était alors en possession de la lance. Geralt se dirigea vers la cantine où l'homme colportait ses biens.
En véritable spécialiste des négociations, le vendeur de reliques tournait autour du pot. Il n'était pas prêt à dévoiler gratuitement les ficelles de son métier.
Puis... rien. La lance était aux mains d'Iorveth, donc à Vergen, donc de l'autre côté de la brume. Traverser le champ de bataille aurait relevé du suicide, même pour un sorceleur. Pourtant, un homme capable de protéger les autres de l'aura maléfique s'était établi auprès du roi. Cet homme n'était autre que le mage Detmold.
Le conseiller d'Henselt expliqua à Geralt comment traverser le terrifiant champ de bataille. Muni d'une amulette pour repousser les spectres et d'un drapeau blanc pour jouer les émissaires, Geralt franchit la brume et parcourut le chemin qui menait à Vergen. Il espérait y trouver Iorveth car, d'après le vendeur de reliques, le chef des Scoia'tael était désormais le propriétaire de la lance de Yahon.
Geralt et Zoltan pénétrèrent dans la brume, au cœur du champ de bataille. Sans le cadeau de Detmold, peut-être y auraient-ils erré pour l'éternité. Cernés par les spectres, ils avancèrent tant bien que mal vers Vergen, guidés par l'amulette.
Geralt et Zoltan parvinrent à traverser la brume spectrale. Mais c'était sauter du chaudron pour mieux tomber dans le feu car ils croisèrent près de Vergen un groupe de Scoia'tael. Cette rencontre aurait pu mal finir mais Zoltan fit entendre raison aux têtes brûlées elfes. Geralt apprit que les portes de Vergen étaient closes et que seuls les gardes de nuit pouvaient décider de les laisser entrer dans Vergen, ou non.
Il se trouva que Yarpen Zigrin, un vieil ami de Geralt et de Zoltan, assurait le guet de nuit avec Skalen Burdon, le neveu de l'ancien de Vergen. Le sorceleur apprit que Saskia tenait une réunion avec des figures importantes et qu'il était impossible de lui parler. Cependant, Geralt pouvait obtenir l'étendard de la Bannière Brune et l'épée du général sans avoir à dire quoi que ce soit à la tueuse de dragons. Pour le moment, le fer de lance de Yahon était hors de portée, car il était détenu par Iorveth. Pourtant, le sorceleur était persuadé que, d'une manière ou d'une autre, elle finirait entre ses mains. Zoltan promit de récupérer l'épée lui-même et accepta de retrouver Geralt dans le passage secret qui menait à Vergen. Ainsi, Geralt pouvait y aller et attendre le nain ou partir à la recherche des objets manquants.
En réalité, la chef des rebelles n'était pas aussi terrifiante que la propagande kaedwenienne ne le laissait entendre. Le sorceleur s'entretint avec elle et, croyez-le ou non, il obtint ce qu'il était venu chercher. Armé de la lance miraculeuse, il retourna voir Henselt.
Geralt dut retraverser la brume pour retourner auprès du roi Henselt. Les spectres l'encerclaient. Par chance, la magie de l'amulette persistait et guidait le sorceleur dans la bonne direction. Quand bien même, la traversée du champ de bataille n'avait rien d'une balade digestive.
Le sorceleur dut traverser la brume une nouvelle fois, et ça n'allait certainement pas être la dernière. Il parvint encore à survivre en passant sur le champ de bataille maudit. Après avoir repris des forces, il s'assura d'avoir toujours le fer de lance avec lui et se dépêcha de retrouver le roi.
Le roi était aux anges. Il ne pouvait déjà pas supporter Sabrina quand elle était vivante mais alors, après sa mort, elle lui était encore plus insupportable. Il voulait faire disparaître toute trace d'elle en procédant, à l'endroit de son exécution, à un exorcisme. Geralt était un professionnel et avant que tout ne commençât, il lui fallait examiner minutieusement les lieux.
Un sorceleur ne laisse rien au hasard quand il travaille. Avant d'entamer l'exorcisme, Geralt fouilla la zone jusque dans ses moindres recoins. Comme il avait des doutes, il décida de scruter les lieux depuis la colline.
La tâche de Geralt n'était pas des plus simples : il devait guider Henselt pour qu'il dessine des runes magiques autour du cercle de Sabrina selon les illustrations tirées du grimoire de Detmold. Henselt n'y connaissait rien à la magie et aux rituels. De plus, il était maladroit et de mauvaise humeur, or la tâche requérait une grande précision. Le sorceleur aurait préféré chasser le fantôme de Sabrina avec un chiffon plutôt que de perdre son temps avec Henselt et des runes, mais il avait toujours aimé terminer ce qu'il avait commencé.
De là, il dit à Henselt de tracer les runes avec la poudre magique. Une fois les runes tracées, le sorceleur y mit le feu avec le signe d'Igni.
Le rituel fonctionna. Le fantôme de Sabrina Glevissig apparut et Henselt entama alors l'exorcisme. Pour expédier le spectre dans l'au-delà, il devait la transpercer avec la lance et abréger symboliquement les souffrances de la magicienne. À peine le roi eut-il le temps de commencer que des spectres apparurent, poussant des hurlements horribles. Le sorceleur dut protéger Henselt.
Henselt accomplissait l'exorcisme tandis que le sorceleur repoussait vaillamment les spectres, attirés par l'emplacement du bûcher comme des papillons de nuit par une flamme. Ils réussirent. Une fois encore, Sabrina quitta cette vallée de larmes avec panache, sauf que ses imprécations n'avaient plus la moindre force. Cependant, alors qu'il écoutait une dernière fois le spectre enragé, le sorceleur put discerner quelques mots. Et comme on ne peut pas ignorer la malédiction d'un spectre, Geralt jugea l'information utile pour son enquête sur la conspiration visant Henselt.
L'exorcisme connut une fin heureuse, à la fois pour le roi et pour le sorceleur et, aujourd'hui, l'exploit de Geralt inspire les bardes. Bien sûr, Henselt était content lui aussi, mais si vous pensez qu'il se jeta au cou du sorceleur pour l'embrasser et le chatouiller avec sa barbe épaisse, vous vous fourvoyez. Le seigneur de Kaedwen n'était pas homme à montrer sa gratitude avec effusion. Geralt fut tout de même invité à une audience privée avec le monarque.

GalerieModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .